Nos actualités


Les big data: la métamorphose numérique

La conférence "Les big data: la métamorphose numérique" par Francis Jutand, prospectiviste du numérique, directeur général adjoint de l’Institut Mines - Télécom, aura lieu le mercredi 15 mai à 20h, à l'amphithéâtre du Lycée agricole Pierre Paul Riquet.

Le monde connaît aujourd’hui un développement sans précédent du fait des technologies de l’information et de la communication. Le numérique (Internet, réseaux sociaux, informatique, etc.) est un formidable espace de relations, de jeux et de questionnements, un eldorado pour tous les types d’innovation…

 

Mais il peut être aussi l’amplificateur du côté sombre de notre société en termes de vie privée, de comportements collectifs, de désinformation et de ma­nipulation. Le numérique est donc plus qu’une technologie magique qui abolit les distances et le temps et nous permet d’accéder à des connais­sances sans limite. Il est en train de métamorphoser notre société, son économie, ses liens sociaux, jusqu’aux bases cognitives et psy­chologiques de l’être humain.  


L’obsolescence programmée, une fatalité?

La conférence "L’obsolescence programmée, une fatalité ?" par Elsa Lomont et Florent Preguesuelo, co-fondateurs d’Ethikis coopérative porteuse du label LONGTIME®, a eu lieu le mercredi 3 avril à 20h, à l'amphithéâtre du Lycée agricole Pierre Paul Riquet.

Dans cette conférence, Elsa Lomont et Florent Preguesuelo, co-fondateurs d’Ethikis coopérative porteuse du label LONGTIME®, feront le point sur l’utilisation du terme "obsolescence programmée", sa définition, ses limites, et échangeront avec les participants sur leurs perceptions du sujet.


Ils s’agira ensuite d’établir un constat des pratiques d’obsolescence et, à travers quelques chiffres, d’en exposer les conséquences sociales et environnementales.


À la suite d’une rétrospective législative en France et en Europe, ils présenteront enfin les perspectives de changement de modèle : abandonner la lutte contre l’obsolescence et favoriser la durabilité des produits.


La Communication Non Violente: Un art de vivre

La conférence "La Communication Non Violente : Un art de vivre" par Stéphane Hamant, dirigeant d’entreprise, et Nathalie Ferrere, travailleur médico-social au Conseil Départemental de Haute-Garonne, a eu lieu le mercredi 13 mars à 20h, à l'amphithéâtre du Lycée agricole Pierre Paul Riquet.

 

Cette conférence a été précédée par l'assemblée générale de l'association à 18h00.

 

La Communication Non Violente est une façon de penser et de communiquer qui nous invite à nous interroger de moment en moment sur ce qui est vivant au plus profond de chaque personne. Elle permet de pacifier les relations et appelle à maintenir le dialogue même en cas de difficultés.

 

La CNV est aussi un art de vivre. Elle apporte de la clarté et de la conscience sur la relation à soi, à l'autre et au monde, dans un champ d'application s'étendant à tous les aspects de notre vie : personnel, professionnel, social, relationnel.


Les deux conférenciers, Stéphane Hamant et Nathalie Ferrere sont respectivement dirigeant d'entreprise et travailleur médico-social. Ils sont en formation pour obtenir la certification de formateurs en CNV. Ils proposeront une conférence théorique et des exercices pratiques de CNV.


L'hypnose médicale

La conférence "L'hypnose médicale" par  le docteur Philippe Sol, médecin de l'hôpital de Castelnaudary, co-auteur du livre "Hypnose en pratiques gériatriques" (Dunod, 2018), a eu lieu le mercredi 5 décembre à 20h, à l'amphithéâtre du Lycée agricole Pierre Paul Riquet.

La redécouverte de l'hypnose dans le domaine médical confère a cette pratique une validité scientifique qui l'éloigne de tout mysticisme. Il est intéressant de se replonger dans le tableau de Magritte, intitulé "La condition humaine", dans sa version la caverne de 1935. Le paysage de Magritte apparaît par l'ouverture de la caverne qui redessine le cerveau humain. Une partie du paysage est dessinée sur une toile posée sur un chevalet. Ce fin décalage nous montre que c'est le cerveau de l'homme qui construit et représente sa vérité.


Aujourd'hui les sciences neurocognitives précisent ce processus de construction de nos propres représentations du monde. L'hypnose permet d'accentuer ce décalage pour contourner ce qui est perçu comme un obstacle ou une difficulté et c'est tout l'art de la communication. Alors une dissociation peut s'installer où les ressources de l'inconscient et de la créativité du sujet sont mises à contribution, lui redonnant ainsi une maîtrise de soi. En effet, il ne s'agit plus de vivre une expérience isolée, mais plutôt d'acquérir une compétence pour être acteur de son propre changement.


García Lorca: la poésie assasinée

La conférence "García Lorca: la poésie assassinée" par Pierre THIOLLIERE, professeur d'espagnol, écrivain, poète, accompagné à la guitare par Jorge MUÑOZ, a eu lieu le mercredi 7 novembre à 20h, à l'amphithéâtre du Lycée agricole Pierre Paul Riquet.

Juillet 1936. Le soulèvement de Franco contre la République marque le début de la Guerre d’Espagne. Le 19 août Federico García Lorca est assassiné par les prétendus nationalistes. Sa poésie et son théâtre avaient témoigné de son engagement auprès des humbles.

 

Antonio Machado défend la République. Fuyant les troupes franquistes, il vient mourir en France en 1939. Miguel Hernández fait souffler le «vent du peuple» dans les tranchées républicaines. Il meurt dans les prisons franquistes en 1942. Rafael Alberti engage son théâtre et sa poésie au service de la Révolution. Exilé comme tant d’autres à la chute de la République il ne retrouvera l’Espagne qu’après la mort du dictateur. Juan Gil-Albert engage aussi sa poésie auprès de l’Espagne populaire qui lutte et qui meurt. Réfugié au Mexique puis en Argentine, il revient en 1947 et vivra dès lors dans l’ombre d’un exil intérieur.

 

Des poètes latino-américains aussi ont vécu de près les espoirs et les drames de la Guerre d’Espagne. Pierre Thiollière évoquera deux des plus célèbres: Pablo Neruda et César Vallejo. Tous ces poètes et bien d’autres ont traité magnifiquement, chacun à leur manière, du sacrifice et de la mort.